L'ORIGINE DE LA DETTE EN BD

de la page "l'origine de la dette"

 

 

1 coluche 2

 

Résumé des évènements historiques dans l’ordre chronologique

avec un détour par la crise de 1929 :

 

- En 1929, aux USA : la dérégulation bancaire entraine le krach de 1929 et une dette de l’État de 300% du PIB ;

- En 1933, les américains, ayant compris la leçon, utilisent la méthode de la séparation des banques de dépôts des banques d’affaires (la Glass-Steagall Act de 1933) et les Etats Unis vont traverser 60 ans de calme financier ;

- En 1944/45, en France, la dette arrive à 240 % du PIB

Du 3 jCharles de gaulle 1944 a 1946 1959 a 1969uin 1944 au 20 janvier 1946, Charles de Gaulle, est président du Gouvernement provisoire de la République française.

Ministre de l'Économie nationale : Pierre Mendès France et René Pleven (à partir du 6 avril 1945)

Ministre des Finances : Aimé Lepercq et René Pleven (à partir du 16 novembre 1944)

 

2 3 coluche

 

La loi bancaire du 2 décembre 1945 sépare les activités de banques de dépôts des banques d’affaires.

 

4 coluche 2

Cette loi bancaire nationalise la Banque de France ainsi que le Crédit Lyonnais, la BNP, la Société générale et le Crédit agricole. 

Dans le même temps des dizaines d’entreprises sont nationalisées.

Toutes ces nationalisations représentent autant de banques et d'entreprises qui deviennent des correspondants du trésor.

Sous Léon Blum, en 1947, François Bloch-Lainé, directeur du Trésor, organise le "circuit du trésor". Il rendra inutile les emprunts auprès des marchés financiers.

Il est évident que ce mode de financement de l’État soutenu par les entreprises publiques sera un bon terreau pour "les 30 glorieuses".

5 6 7 coluche 3

 

Et en 65 ce sont les réformes dites « Debré-Haberer » Fleche 3

qui entament le démantèlement du circuit du trésor.

 

8 coluche

 

9 10 11 2 coluche

De 1969 à 1974  Georges Pompidou est Président de la République.

 

12 13 coluche

Vous allez comprendre la politique de Mr Pompidou en 1min30 ici

Les statuts de la Banque de France sont modifiés par l’article 25 de la loi 73-7, signée par Pompidou, Messmer, Giscard d'Estaing.

Cette loi n’est qu’une étape dans l’interdiction faite à l’État de recourir aux avances de la banque de France, le véritable verrou sera mis en place en 1992 et 94 avec l'Article 123 du traité de Lisbonne ici et Fleche 3

14 15 16 coluche17 coluche 2

Vous vous demandez pourquoi vouloir baisser l’inflation ? Voyez cette étude en images ici

 

De 1974 à 1981, Valéry Giscard d’Estaing est Président de la République et Jacques Chirac Premier ministre.

Le gouvernement, dans l’espoir de rassurer les investisseurs, met au point l’emprunt-or.

18 coluche

Puis c’est la première crise pétrolière de 1974 qui entraine une inflation de 13 %.19 coluche 4

Fin 1979, le nombre de chômeurs atteint 1.460.000

Avec la 2ème crise pétrolière le taux d'inflation est de nouveau à + de 13% en 1981 !

 

De 1981 à 1995, François Mitterrand  est Président de la République,   

DColuche president    

 

 

19 coluche Fleche 3

Les spéculateurs ne cessent d’attaquer le Franc.

Le gouvernement Mauroy décide une "politique de relance" qui comprend des mesures sociales pour 10 Mds de francs et des nationalisations dans les secteurs industriels et bancaire (39 banques).

Le déficit de la balance commerciale s’aggrave (de 0,8 % du PIB à 2,1 % en 1982)

Les caisses se vident.20 coluche

Après plusieurs dévaluations la gauche se trouve contrainte à changer de politique et adopte des mesures contradictoires avec sa "politique de relance".

 

Extrait du débat avec Yanis VAROUFAKIS dans Agora : ici

" Passage sur l’échec Delors et Mitterrand " (2.20min) L’intégralité ici

 

Pour remplir les caisses il faut trouver des solutions.

L’une d’elle consiste à faire appel aux investisseurs étrangers.

 

Pour donner aux financiers érangers l'envie d’investir dans la dette française, voilà ce que vantaient, en 1987, les énarques du ministère chargés de la promotion de la dette française :

 

21 22 coluche 1

La première cohabitation a lieu de mars 1986 à mai 1988

Lorsque le gouvernement de Jacques Chirac partagea le pouvoir avec Mitterrand entre 1986 et 1988, le mouvement de libéralisation s’amplifia.            

En 1988 François Mitterrand  est réélu. Premier ministre Michel Rocard, ministres des finances Pierre Bérégovoy puis Edith Cresson.   

   

Voyons les orientations du Système Européen de Banques Centrales (SEBC)

Plusieurs dispositions essentielles définissent le rôle de la Banque centrale et garantissent son indépendance :

En 1992 le traité de Maastricht est signé et la France perd définitivement le droit régalien de s'autofinancer.

Article 123 du traité de Lisbonne et ici

23 coluche

Article 1er, alinéa 3

*la Banque de France // ne peut ni solliciter ni accepter d'instructions du Gouvernement ou de toute personne.

Article 105 du traité

*L'objectif principal du SEBC est de maintenir la stabilité des prix (c’est à dire maintenir une inflation basse). [ ] Le SEBC agit conformément au principe d'une économie de marché ouverte où la concurrence est libre (c’est la course au moins disant social pour maintenir les prix bas).

(Voir l'indice NAIRU )24 coluche 1

Analyse de Maurice ALLAIS

" La doctrine régnante avait totalement méconnu une donnée essentielle :

Une libéralisation totale des échanges et des mouvements de capitaux n'est possible,

elle n'est souhaitable que dans le cadre d'ensembles régionaux groupant des pays

économiquement et politiquement associés,

et de développement économique et social comparable.

Écoutez François Ruffin vous citez les propos de Gary Becker (économiste américain) en 1993 1min20   La vidéo ici

Voyez cette petite vidéo d'animation qui explique la création monétaire (en 4 min) ici   

Pour tout comprendre sur le fonctionnement des banques en 14 min ici

Petite vidéo d'animation qui explique en 3,45 min le rôle de la Banque Centrale Européenne ici


En mars 1993, François Mitterrand entame une 2ème cohabitation avec Édouard Balladur comme Premier ministre.

Ministre de l'Économie Edmond Alphandéry et Nicolas Sarkozy Ministre du Budget.

Les privatisations continuent.

De 1995 à 2007, Jacques Chirac  Président de la République, Alain Juppé Premier ministre. 

Privatisations :   SEITA, Usinor-Sacilor, Pechiney,

En 1997, la troisième cohabitation se met en place avec Lionel Jospin comme premier ministre jusqu'en 2002.

Trois personnes vont se succéder au poste de Ministre de l'Économie, des Finances et de l'Industrie : Fleche 3

Dominique Strauss-Kahn, Christian Sautter et Laurent Fabius

Privatisations : Le Lyonnais en 1999

25 26 coluche

 

L'EURO voit le jour le 1er janvier 1999 pour les transactions financières européennes et en 2002 pour les principales monnaies européennes.

 

- En 1999, retour aux Etats Unis :

 

 19 coluche 2Dette totale usa de 1916 a 2011

 

 

 

 

 

http://www.les-crises.fr/

- En 2002, Jacques Chirac est réélu avec 87% des voix face à J-M Le Pen.

Jean-Pierre Raffarin Premier ministre, Francis Mer Ministre de l’économie des finances et de l’industrie.

 

- En 2007 Nicolas Sarkozy est Président de la République.

27 28 graph coluche2008 c’est l'arrivée de la crise des subprimes.Fleche 3

 

"L’État ne laissera aucune banque faire faillite".

 

30 31 coluche 132 coluche 6

33 hollande

- En 2012, François Hollande est Président de la République.

Il n'ira pas plus loin que les belles paroles.

Pas de Glass-Steagall Act à la française !

Premier ministre Jean-Marc Ayrault de 2012 à mars 2014 puis Manuel Valls, Ministre de l'Économie, des Finances et du Commerce extérieur Pierre Moscovici de 2012 à 2014, Ministre des Finances et des Comptes publics Michel Sapin depuis avril 2014, Emmanuel Macron, Ministre de l'Economie d’août 2014 jusqu’à sa démission le 30 aout 2016.

 

Ce gouvernement met en place le " Crédit-Impôt-Compétitivité-Emploi " (CICE).

Le CICE a coûté presque 40 Mds € sur 2 ans... et sans contreparties !

 

L'addition est lourde la dette de l’Etat atteint 100% du PIB en 2015.

34 35 coluche 4Chomage

Comment on lutte contre le chômage des jeunes en repoussant l’âge de la retraite ???

Voyez le parcours de certains hommes d’État : "le pantouflage" (qui est une autre façon de faire du lobbyisme) et le parcours d’Emmanuel Macron   Avec la participation de Jérôme Karsenti avocat.

Voyez qui sont les hommes à la Présidence de la BCE :

- de 1998 à 2003,Wim Duisenberg ex président de la Banque centrale des Pays-Bas

- de 2003 à 2011, Jean-Claude Trichet ex gouverneur de la Banque de France

- depuis 2011, Mario Draghi ex Vice-président pour l'Europe de Goldman Sachs et ex gouverneur de la Banque d'Italie

 

39 40 coluche

Les lobbies de la finance décident pour nous.

Voyez la situation des 18 Pays de la zone €uro :

- La dette est de 9 454 Mds, soit 91,6 % du PIB (en 2015) ; https://fr.wikipedia.org/wiki/Dette_publique_des_%C3%89tats_de_la_zone_euro

- Le taux de chômage est de 10,2 % (en 2016)

http://www.touteleurope.eu/actualite/le-taux-de-chomage-en-europe-mars-2016.html

- Le taux d’inflation est de 0,24 % (en 2016)

http://fr.global-rates.com/statistiques-economiques/inflation/indice-des-prix-a-la-consommation/ipch/zone-euro.aspx

 

Écoutez, Gérard FILOCHE vous explique les aberrations de notre société dans cette vidéo en 5 min 30 ici 

 

41 coluche 1

Tant que la finance dévorera les budgets des Etats,

on ne pourra pas mettre en place une réelle politique sociale.

 

Au vu de toutes ces expériences il est donc urgent d"AGIR"

 

Analyse :

(1) L’objectif de stabiliser l’inflation est atteint puisque en 2015 elle est sous les 1%, ce qui indique de faibles échanges commerciaux ;Inflation chomage 1970 2010

(2) La concurrence entre les États entraine une baisse de l'activité économique chez nous en produisant une augmentation du chômage, + de 10% en 2015 ;

Qui dit moins de travail dit faibles rentrées fiscales donc moins de moyens pour l’État pour assurer son rôle social ;

Cette situation oblige l’État à emprunter sur les marchés financiers pour payer ses dépenses et pour rembourser la dette.

Mais pas de problème, les investisseurs n’ont pas à se soucier, les remboursements des emprunts ne seront pas dévalués par la montée de l’inflation !

Avances de trésorerie

En vertu d’une convention de trésorerie signée en 1973, celles-ci peuvent aller jusqu’à 20 milliards de Francs, dont la moitié à titre gratuit. Cependant, ce montant est réévalué chaque semestre en fonction des bénéfices ou pertes réalisés par le Fonds de Stabilisation des Changes, qui gère les avoirs en devises du pays. Ainsi, ce mécanisme de compensation aboutit à réduire ce plafond à 8 milliards dès juillet 1981, puis 3 milliards en janvier 1982, pour atteindre enfin 0 Franc entre juillet 1982 et juillet 1983.

Pour plus d’info ici (au chapitre « Les avances de trésorerie »)

 

HAUT DE PAGE

 

 

 

 

 

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau