L'INFLATION

 

                Vous pouvez faire deux niveaux d’étude :

         - Cool, en allant directement au résumé en BD ;

         - Plus détaillé, en suivant le fil de cette page :

Sommaire

- Qu'est-ce que l'inflation ?

- Conséquences de l’inflation

- Conséquences de l’inflation sur le chômage

- Évolution de l'inflation depuis 1980

- Et si l'inflation était une des solutions ?

- Baisse du pouvoir d’achat

- Les tentatives de la BCE

- Ce qu'il faut changer

- Glossaire

- Réf

 

Qu’est-ce que l’inflation ?Inflation 50 a 2012

C’est l’augmentation de la masse monétaire en ciculation.

Une vidéo d’animation de 4 min pour l'expliquer ici.

Comme vous le montre la vidéo il y a plusieurs paramètres qui peuvent augmenter l’inflation :

1 - Lorsque les échanges commerciaux sont abondants une chaîne productive se met en place :

Les entreprises ont du travail, elles embauchent entrainant la baisse du chômage, les salariés sont en position de force pour négocier leur salaire, à leur tour les prix augments et les impôts alimentent les caisses de l’état.

2 – Lorsqu’il y a une pénurie des matières premières, telles les crises pétrolières des années 1973 et 80 qui ont entrainé une "stagflation".

3 – Lorsque l’état ou la BCE augmente artificiellement la masse monétaire.

  

Conséquence de l'inflation

Les conséquences sont très différentes suivant son niveau :

- 0 à 1 % (en 2015 on est à 1 %) : les échanges commerciaux stagnent et l’inflation peut glisser vers la déflation avec la perte du pouvoir d’achat et donc une spirale très négative. voyez cette vidéo d'animation de 3,50 min : Pourquoi la déflation peut-elle être dangereuse ?

« La déflation est la pire ennemie de l’endetté »

- 1,5 à 2% : Stabilité des prix, faible activité économique, légère amélioration du chômage ;

- 3 à 4% : Inflation indiquant une bonne santé économique. Les salariés peuvent négocier leur salaire, le chômage baisse, les prix augmentent, les créanciers commencent à voir leurs rentes diminuer.

Parenthèse sur les salaires et les retraites : Depuis 1983 les salaires ne sont plus indexés sur l’inflation (merci Jacques Delors, détails ici ), les retraites sont désindexées depuis 2013 (merci Jean-Marc Ayrault, détails ici ).

- 5 à 10% : Inflation ouverte. Vers 5 à 6 % la forte activité économique profite aux salariés ainsi qu’à l’état mais l’augmentation des prix commence à gêner l’exportation. Progressivement, en se rapprochant des 10 %, l’inflation devient néfaste aux acteurs économiques avec la perte de rentabilité des prêts ce qui entraine une augmentation des taux de crédit.

Écoutez l’analyse de Bernard MARIS  Bernard maris

« L’inflation est la meilleure amie de l’endetté » ;

- 20 % et plus inflation galopante ou hyperinflation : Toute la société souffre.

donc :

L'inflation devient un problème à partir du moment où l’augmentation des revenus est inférieur à l'inflation.

Si l’on reste à une inflation raisonnable (2 à 4 %) les conséquences sont positives…

…enfin pas pour tout le monde car vers 4 % elle pénalise les épargnants.

Inflation chomage 1970 91

Cas particulier : les crises pétrolières de 1973/80 ont produit un phénomène qui s’appelle la "stagflation". Cette, situation a entrainé une augmentation du prix du pétrole engendrant une augmentation des produits de consommation courante. Ce qui fait qu’on a vu à la fois une forte inflation par augmentation de la masse monétaire en circulation et une augmentation du chômage dû à la diminution du volume des ventes.

 

Inflation chomage 4

Conséquences de l’inflation sur le chômage

1 - Si on observe les courbes du graphique ci-contre, on constate qu’elles sont presque symétriquement opposées : quand l’une monte, l’autre descend.

 

2 – Observons un autre graphique :

On peut faire le même constat : en 2015 l’inflation est à – 0,3 % et le chômage est à + de 10 %.Inflation chomage 5

 

Évolution de l'inflation depuis 1980 :

En 1980 le taux d’inflation est passé de 13,7 % à 3,2 % en 1991 à 1,7 % en 2000 et moins de 1 % en 2015.

Inflation moyen en franceNos finances personnelles                                                                                                                       

 

Conclusion :

La baisse de l'activité économique a entrainé la baisse de l'inflation, et le chômage grimpe : Cela voudrait-il dire qu’en maintenant une inflation basse on aura automatiquement un chômage haut et inversement ? voir l’indice NAIRU

Je ne sais pas pour vous mais pour moi il me semble évident que la corrélation entre ces deux paramètres est établie !

 

Fleche 3

Et si l'inflation était une des solutions au chômage ?

Y'a pas à hésiter, me direz-vous ! Il faut augmenter l’inflation !

Dans l’idéal c’est l’accroissement de l’activité économique qui crée de l’inflation mais là, justement, c’est ça qui nous manque.

Mais pourquoi la croissance économique n’est que de 1 % en 2015 ?

- Un des éléments est la politique du marché du travail qui vise à développer l’emploi précaire et la flexibilité pour être compétitif par rapport aux pays avec une faible protection sociale.

- Un autre élément est le déficit du commerce extérieur :

Deficit commercial3

Le déficit est apparu en 2003, en 2011 il atteint 73 milliards d'€, il descend à 67 milliards en 2012 et s’améliore en 2014 avec un déficit à 53,8 M d’€.

Pourquoi ce déficit à l’exportation ?

Bah faut comprendre ! Quand on a le choix entre un produit à 6 € et le même produit dans la boutique d’à coté à 3 €, le choix est vite fait.

Nicole Ferroni vous explique le Made in France 

Part des marches mondiaux

Résultat : Quand on regarde l’évolution mondiale des marchés on voit très bien quel est le pays qui sort gagnant de cette compétition. 

Ce qui fait qu’à cause de ce transfert de l’activité économique vers des pays où la main d’œuvre est bon marché, le chômage augmente dans les pays où la couverture sociale fait grimper le coût de la main d’œuvre.

Alors faut-il faire le nivellement par le bas et casser les régimes sociaux ou par le haut et que les travailleurs des pays en voie de développement reçoivent une protection sociale ?

Cela dit la Chine fait des progrès, voir ici

Pouvoir d achat insee 4

Baisse du pouvoir d’achat :

Des emplois instables, des entreprises concurrencées par le monde extérieur et des entreprises qui délocalisent, entrainent une baisse du pouvoir d’achat comme vous le montre le graphique ci-contre  (plus de détails dans le site de l’insee ici )

 

En attendant que ce pays (la Chine) et d’autres nous rejoignent il faut faire redémarrer l’économie.

 

Il semblerait que l’augmentation de l’inflation soit une solution.

Fleche 3

 

Les tentatives de la BCE pour gérer l'inflation

Il y a deux solutions pour que l’inflation grimpe :

- soit l’activité économique augmente et produit de la richesse ;           

- soit on augmente la masse monétaire artificiellement.           

C’est cette dernière solution que Mario Draghi (ex de chez Goldman Sachs) a choisi en abaissant le taux directeur la BCE en septembre 2014.

Le rôle de la Banque Centrale Européenne en 3,45 min iciMario draghi

Ce taux régule le "loyer" de l'argent que les banques vont ensuite nous prêter et donc favorise les emprunts des entreprises et des particuliers, autrement dit, encourage l'activité.

Cette méthode a échoué : le marché du crédit n’a pas redécollé.                                  

Autre méthode tentée en 2015 le Quantitative Easing (QE) :

Petite vidéo d'animation de 3,11 min sur le QE ici

et pour aller un peu plus loin cette vidéo d’animation de 6 min

Rachat de 60 Mds/mois, pendant 19 mois, d'actifs dont une majorité de dettes publiques :

- soit au total 1140 Mds d’€ environ 10 % de la dette publique (10000Mds d’€). 

La dette est rachetée aux créanciers des états (banques, fonds d'investissements, hedge funds, assureurs, fonds de pension).

La dette est toujours là, les états ont juste changé de créanciers,

cependant la France a pu emprunter (en mars 2016) 8 Mds d’€ à 0,43 %.

Que vont faire les banquiers de ces 1140 Mds d’€ ?

S’ils facilitent l'accès au crédit ça pourrait bien relancer l’inflation par l’augmentation de la masse monétaire.

Or la relance de l’inflation pourrait effrayer les créanciers...                                    

Donc il est plus probable que cette monnaie permette d’augmenter la spéculation ou/et l’investissement dans l’immobilier.

Les deux solutions de la BCE vont dans le même sens : Donner les pleins pouvoirs aux banques et aux financiers ; à eux de décider de la stratégie à mener.          

Résultat ? ...Néant pour le moment mais la BCE s’est donné jusqu’en 2017, alors…

 

Observation :

le Quantitative Easing  a bien apporté plus de liquidités aux banques et aux créanciers mais pas aux ménages ni aux entreprises.

Enrichir les riches n’a jamais enrichi les pauvres contrairement à la théorie du ruissellement que prônaient Margaret Thatcher et Ronald Reagan, le seul ruissellement qu’il y a eu c’est celui du chômage.

Des éléments chiffrés :

Il y a 30 ans, pour 100 € de salaire les entreprises versaient  7 € de dividendes, aujourd’hui elles versent 34 €, soit 5 fois plus.

Voyez un rapport (ici) présenté par le député Nicolas SANSU à l'ASSEMBLÉE NATIONALE en 2014, sur l’écart qui se creuse entre dividendes et salaires.

Dividendes investissement

 

Ce qui qu’il faut changer :

L’Europe doit se doter d’un gouvernement indépendant de la finance afin d’avoir une vraie politique monétaire commune au service de la population et non de la finance.

Si ces 1140 Mds d’€ avaient  été mis sur un plan de type « Marchal bis » qui aurait pu s’appeler « Le climat notre avenir » et dont le seul objectif aurait été la remise aux normes d’isolation des bâtiments publics et privés, le développement des énergies renouvelables avec la construction de centrales solaires, éoliennes, marée motrice et autres hydroliennes…là, les sommes injectées auraient été directement dans l’économie avec des emplois à la clé et en prime une baisse des émissions de CO2 dans le futur, et non financer les banques et autres financiers.

Analyse réalisée avec l’aide, entre autre, d’Alternatives économiques ici

Ce sont les travailleurs qui créent l'argent réel car ils produisent de la richesse de leurs mains et par leur consommation. Ils font tourner les entreprises, ce ne sont pas les marchés qui, au contraire, profitent de cette manne pour enrichir tout un monde de profiteurs. OUI à l’investissement, NON à la spéculation !

 

Fleche 3

 

Glossaire

Évolution de la Chine :

Le salaire minimum en Chine est désormais équivalent à 220 euros. Un montant qui dépasse celui de certains pays d'Europe de l'Est, comme la Bulgarie et la Roumanie, où il s'établissait à 160 euros en 2013.

Depuis 2011 la protection sociale a débuté dans certaines régions de Chine. On peut y retrouver les mêmes protections que chez nous et même la retraite à 60 ans pour les hommes et 55 pour les femmes.

http://www.cleiss.fr/docs/regimes/regime_chine.html

http://www.metiseurope.eu/chine-vers-une-protection-sociale-tr-s-capitaliste_fr_70_art_29458.html

http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/08/06/la-chine-releve-le-salaire-minimum-pour-dynamiser-la-consommation_4467453_3234.html

http://www.china-briefing.com/news/2015/06/02/salaire-minimum-en-chine-votre-guide-complet-pour-2015.html

 

Créances souveraines

C’est une dette émise ou garantie par un émetteur souverain : un État généralement, ou parfois une banque centrale.

Info plus complète ici  

 

Indice NAIRU :

Il s’agit d’une corrélation fondamentale entre un taux d’inflation bas et un taux de chômage élevé.

L’idée est donc de maintenir l’inflation la plus basse possible afin de conserver un taux de chômage suffisant.
1 - Le salarié se retrouve en position d’infériorité car les demandeurs d’emploi sont nombreux.

2 - Le taux d’inflation érode les bénéfices du capital, + ou - progressivement suivant le taux (à partir de 2 %).

Et pour ceux qui veulent tout savoir :  ici

Franco Modigliani (économiste) écrit : « Le chômage est principalement […] le résultat de politiques macroéconomiques erronées inspirées par une crainte obsessionnelle de l’inflation […] et une attitude considérant le chômage comme quantité négligeable. » ici (au chapitre « Critiques des politiques monétaires contemporaines »)

 

Analyse de Maurice ALLAIS

" La doctrine régnante avait totalement méconnu une donnée essentielle :

Une libéralisation totale des échanges et des mouvements de capitaux n'est possible,

elle n'est souhaitable que dans le cadre d'ensembles régionaux groupant des pays

économiquement et politiquement associés,

et de développement économique et social comparable 

Taux directeur

Info plus complète ici  

 

Titre ou valeur mobilière :

Une valeur mobilière est une catégorie de titres financiers (L228-1 Code de commerce), qui peut être soit un titre de propriété (action), soit un titre de créance (obligation), et qui confère des droits standardisés (droit au même coupon ou dividende, cotée sur la même ligne en bourse, etc., pour une émission donnée ayant le même montant nominal).

Voir aussi à la page Finance "Actions, actifs financiers" au niveau du  Glossaire

 

Réf :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Taux_de_ch%C3%B4mage_n'acc%C3%A9l%C3%A9rant_pas_l'inflation

http://www.alternatives-economiques.fr/l-inflation--une-solution-trop-simple_fr_art_916_48760.html

http://graphseobourse.fr/causes-et-consequences-de-linflation/

http://www.etudier.com/dissertations/Finance/94391.html

http://www.sacra-moneta.com/Crise-financiere/inflation-qu-est-ce-que-l-inflation-definition-inflation.html

http://www.investinginbondseurope.org/pages/learnaboutbonds.aspx?id=6192&LangType=1036

https://resistanceauthentique.wordpress.com/2015/05/10/le-plus-gros-krach-obligataire-de-tous-les-temps-a-t-il-commence-moment-de-minsky-et-krach-obligataire/

 

 

HAUT DE PAGE

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau